SOS LULA

SOS Lula, initiative de citoyens brésiliens résidant à Berlin

SOS Lula est une initiative des citoyens brésiliens résidant à Berlin, avec l'objectif de diffuser des informations et de faire d'autres manifestations dénonçant la poursuite à laquelle a été soumis l'ancien président du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva, et sa famille, dans le cadre de l'opération Lava Jet et des processus similaires.
Dans le texte ci-dessous, nous soulignons les raisons et le contexte de cette initiative.
 Nous exhortons les autres personnes et les organisations à prendre des initiatives similaires.

La police fédérale brésilienne, se fondant sur des recherches menées depuis 2008, a déclenché, en 2014, l'opération «Lava Jet», pour enquêter sur une série d'actes de corruption impliquant des fonctionnaires, responsables politiques et des hommes d'affaires principalement liés aux activités de la Petrobras (compagnie d'Etat) et des entreprises privées. L'opération est basée au tribunal Curitiba dans l'État de Paraná, qui fait partie de la 4e. Région Judiciaire fédérale du Brésil. Elle implique, en plus des équipes de la police fédérale, et des procureurs de cette région. Les cas étudiés sont transmis en première instance au juge Sergio Moro, également basé à Curitiba. En outre, l'opération peut éventuellement déclencher une série d'enquêtes similaires, impliquant, en plus des procureurs fédéraux, d'autres tribunaux, les juges, les procureurs et la police fédérale situés dans d'autres régions du pays.

Tout au long de son développement, il était clair que l'opération Lava Jet et d'autres liées ont été caractérisées par des irrégularités. Les procès contre les membres du Parti des Travailleurs (PT) et leurs alliés ont été mis en place très rapidement. De fait, les membres des partis liées à l'opposition ont un traitement plus lent, certains ne viennent même pas en jugement, et les accusations peuvent être prescrires. Il est également devenu clair qu'il y avait un engagement de la part des membres du pouvoir judiciaire, afin d' incriminer l'ancien président Lula, sa famille et ses amis.

Les principales accusations portées contre Lula peuvent être réunis dans les groupes suivants:

1. Les rénovations et la livraison d'un appartement dans la ville de Guaruja, État de São Paulo, par la société de construction de l'OEA en échange de faveurs.
2. Rénovation d'une  propriété rurale près de la ville d'Atibaia, dans l'État de São  Paulo, pour Lula et des membres de sa famille, également en échange de faveurs de la part de la société BTP Odebrecht et de l'OAS.
3. D'autres avantages en échange de faveurs afin d'obtenir des contrats pour les entreprises brésiliennes à l'étranger.
4. Le financement privé de la garde des cadeaux officiels donnés à l'ancien président pendant son mandat.
5. La possession par la Fondation l'Institut Lula d'un terrain voisin de la fondation.

Pour atteindre leur objectif, trouver une accusation contre l'ancien président, dans le but de le condamner et l'envoyer en prison, Lava Jet et connexes ont commis un certain nombre d'irregularités.

Nous mettons en évidence quelques-unes:
1. La réalisation d'enregistrements illicites de conversations téléphoniques de l'ancien président et sa famille.
2. Les distribuitions illégal de ces enregistrements (transcriptions et audio) pour les médias hostile à l'ancien président, qui leur ont donné large publicité.
3. Des incitations à commettre des accusations de la part de témoins afin de faire des fausses déclarations pour incriminer l'ancien président et sa famille, sans aucune preuve.

4. L'envahissement de la maison de l'ancien président, de façon agressive et utilisation  disproportionnée de la force.

5. La détention illégale, pendant plusieurs heures, de l'ancien président afin de témoigner de quelque chose qu'il a toujours refusée.

6. Passer des déclarations faites en direct et reproduites, avec exagéraction, par les médias hostiles, mettant en vedette l'ancien président comme le «cerveau» d'une organisation criminelle.

7. L'empêchement illégal des activités de défense de l'ancien président, exprimant clairement l'animosité contre lui, ses advocats et ses partisans.

Il ne fait aucun doute que l'ancien président est maintenant la cible et victime de ce qui, en anglais, est appelé "lawfare" - la mobilisation d'un appareil juridiciaire avec l'aide des médias pour chasser un adversaire politique. L'objectif est de plus en plus clair, cette persécution est d'empêcher toute son activité politique, de le condamner, même sans preuve, afin d'éviter que l'ancien président puisse jouer un rôle actif dans la vie politique du pays dans les années à venir.

Toutefois, il convient de noter que, des dizaines de dénonciateurs et des dizaines de témoins à charge pendant des mois et des mois de recherche ont été entendus par Lava Jet; des opérations connexes n'ont pas trouvé une seule preuve contre l'ancien président et ses collaborateurs.  Au lieu de cela, ils ont seulement réussi à recueillir des témoignages qui confirment son innocence. Néanmoins, les accusations continuent et il est presque certain que Lula sera condamné, même sans preuve. Pour cette raison, il a déposé un recours auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de L'homme, par ses avocats au Brésil, Teixeira Martins et José Roberto Botochio et anglais/australien, Geoffrey Ronald Robertson. Ce recours souligne l'mpossibilité d'un procès équitable dans l'opération Lava Jet, présidé par le juge Sergio Moro.

Le défenseur de Lula auprès du Haut Commissaire a souligné, en plus des irrégularités commises par des juges, des procureurs et des policiers impliqués dans l'opération, le fait que dans le système judiciaire brésilien, le même juge qui préside l'enquête devrait présider aussi le tribunal saisi de l'affaire . Cela implique que l'accusé est, en pratique, placé dans une position faible à partir du début du processus final.
En fait, la décision de la Cour d'appel de la 4e. Région de Curitiba est soumise à cette partialité, en prétendant que l'opération Lava Jet doit rester au-dessus des lois ordinaires, en raison de la nature exceptionnelle de ses recherches. De l'avis des meilleurs avocats brésiliens, souvent professeurs universitaires, ceci est la confirmation que le Brésil est maintenant en état d'exception qui, dans la pratique, suspend les droits constitutionnels de l'accusé.

Il y a d'autres accusations extrêmement graves contre  l'opération Lava Jet et  ses opérateurs, allant de la violation de la souveraineté nationale au sabotage de l'économie brésilienne. Selon les avocats de la défense, l'opération ne se limite pas à dénoncer la corruption, mais a un but politique contre Lula et le PT.                                                                                                                   

Son action a empêché le fonctionnement de plusieurs entreprises, en particulier dans le secteur de la construction navale, les BTP et la Petrobras ayant comme conséquence une augmentation du chômage dans le pays et la menace de faillite d'importantes entreprises nationales, publiques ou privées. Ses agents ont agi en étroite collaboration avec des agents étrangers, en particulier aux États-Unis, usurpant ainsi, les fonctions qui doivent appartenir aux secteurs responsables de la politique étrangère du pays.
Mais notre objectif ici est de dénoncer la violation des droits constitutionnels de l'accusé à cause de son importance politique dans l'histoire du Brésil. L'ex-président est la victime d'une persécution judiciaire.

Tout citoyen devrait avoir le droit à un procès équitable et impartial, ce qui est refusé à l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva. Il peut se transformer en un nouveau Nelson Mandela qui, indépendamment de ses actions, est victime d'un système judiciaire partiel et corrompu.
Pour ces raisons, nous organisons cette initiative SOS Lula et demandons la coopération de toutes et tous afin de diffuser ces faits et de soutenir la lutte de l'ancien président et ses avocats pour une justice équitable et honnête. En la personne de l'ancien président, aujourd'hui il est  question de la primauté du droit et du maintien de la démocratie au Brésil.

Pour un procès équitable pour Lula.

Pour un état de droit démocratique au Brésil. Signer signifie l'envoi d'une autorisation pour que le nom de la personne soit mis dans  la liste ci-dessous, par email soslula@online.de. La signature ne peut contenir que le nom, et la profession du signataire ou nom de l'institution à laquelle il appartient.
Nous demandons que ce document, en sa version portugaise, anglaise, française ou allemande, soit envoyé à vos contacts en dehors du Brésil. Nous voulons signaler au monde ce qui se passe dans notre pays.

Achim Wachendorfer, Berlim

Adonildo José de Lima Santos, designer gráfico

Adma Muhana, São Paulo

Adriana Maximino dos Santos, Frankfurt

Alexandre Penna, engenheiro eletricista

Anne-Elisabeth Klein, Vaison-la-Romaine, France

Antônio Carlos Bragiato – Maffei Bragiato medicina, São Sebastião do Paraiso, Brasil

António Rossini, arquiteto

Artur Antonio Pereira, Médico, São Paulo – SP

Carla Bessa; Berlim

Carlos Herbert, Ceará, Brasil

Cynthia Soares Carneiro – Professora de direito internacional, USP Ribeirão Preto, Brasil

Claudio Pulkeri

Claudio Roberto da Rosa Santos, Prof. Funcionário Público Federal, Cidade de Osório/RS, Brasil

Cleire Sambo, Munique

Constantino Luz de Medeiros – Professor de Teoria da Literatura e Literatura Comparada (UFMG)

Corinta Maria Grisolla Geraldi

Denise Fonseca de Carvalho, estudante de mestrado, Brandenburgische Technische Universität

Didice Godinho Delgado, Berlim

Djé Macedo, Berlim

Dr. Paulo de Resende, Strasbourg, França

Elizabeth Carvalho – jornalista, Paris

Elizabete Mathieu, Sorbonne, Paris

Emerson Pires Leal, professor de física, aposentado da UnB e da UFSCar

Erica Caminha Hassmann, Rosenheim

Fernanda Cury Cabral, professora, TH Wildau, Alemanha
Fernando H. R. de Almeida – Hamburgo, Alemanha

Flavio Prada, arquiteto, vereador, Riva del Garda, Itália

Flavio Wolf de Aguiar, Jornalista, Berlim

Fridel Teicke, periodista (Zitty), Berlim

Fritz Hofmann, Ludwigshafen, Deutschland.

Helga Dressel, Berlim

Jacqueline B. Carvalho, Brasil

Janaína Alves Sampaio Cruz, Psiquiatra-USP, São Paulo – Brasil

J. de Beer, Nederland

Jeuli Boiher

Jihad Abdallah, Espanha

João Adolfo Hansen- Professor aposentado- Universidade de São Paulo

João Wanderley Geraldi, Campinas

José Antônio ALEIXO da Silva,Eng. Agrônomo, PhD em Biometria e Manejo Florestal, Prof. Titular do DCFL/UFRPE

José Ângelo Ortelan, São Paulo

Jose Batista Neto – RG 7877491, Engenheiro, CESP – Companhia Energética de São Paulo, São Paulo – SP – Brasil

Leon Kossovitch, São Paulo

Lívia Suassuna, Profa. Associada – UFPE, Recife

Lígia Chiappini, Berlim

Luciana Vieira de Moraes, Cientista, Instituto Gulbenkian de Ciência, Portugal

Luciano Andrey schadler, CPF 778.207.039-20

Luiz Costa Lima

Luiz Ernesto Bacellar Freudenthal, Berlim

Luis Felipe Lopes Trigo

Luiz Roncari, prof. Literatura Brasileira da FFLCH/USP

Marco Antônio de Magalhães Almeida, lawyer, Rio de janeiro – Brazil

Margarida Maria Louro Felgueiras, Professora Associada da Faculdade de Psicologia e Ciências da Educação, Universidade do Porto, Portugal

Maria Áurea de Jesus Aleixo, Economiária aposentada

Maria Clara de Beer, Holland

Maria Cristina F. Francisco, Coordination des GDTB (Groupe de discussion sur les sujets du Brésil), Uni Hambourg

Maria José Manoel, Assis, Brasil

Maristela Pimentel Alves, architect, Berlin, Germany

Martin Paul, Edenkoben, Germany

Martin Radke, Cientista, Berlim

Martim Assueros Gomes, Sociólogo – Brasil

Maurício Nascimento – Integration Specialist, Antwerp, Belgium

Miguel Marinho, rg. 5.099.500-5, professor universitário e escritor, São Paulo

Moacir Lopes de Camargo

Nely Maria da Silva Leandro/Gaviano, Contabilista, Kreis Germersheim(Bellheim)

Nilda Bezerra, Berlim

Nilton Freitas, Panamá City

Orivaldo Guimarães de Paula Filho, Consultor em RH, CPF. 034.437.908-60, São Paulo, Brasil

Oseias dos Santos Teixeira, Rio de Janeiro

Paula Ferreira Lima, Berlim

Paulo Roberto Machado Vitalli, Ibiza, Espanha

Pedro Dolabella Portella, Berlim

Peter Steiniger, Jornalista, Berlim

Renata Gouveia Delduque, socióloga, São Paulo/Brasil

Raquel de Vasconcellos Cantarelli, doutoranda UESP-Araraquara

Rodrigo Diniz, Aukland, New Zeland

Rosa Soares Nunes

Rudo Andre Van Leuven, Middelkerke, Belgium

Solange Lopes, Londres, Inglaterra

Viviane Santana, escritora, Berlim

Yesko Quiroga, Berlim

Zinka Ziebell, Berlim

Valdir Filgueiras Pessoa – Professor aposentado – Universidade de Brasília

Valdir José Freire – Aposentado – S.Paulo, Brasil

Valter Sanchez, Genebra

Vania Karsch, professora, Hamburgo

Victor Bezerra, Berlim

Wagner Costa Ribeiro, Professor Titular,Departamento de Geografia – USP, São Paulo


			

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s