Déclaration du groupe « SOS Lula – Berlin »La condamnation de l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva est le résultat des poursuites judiciarises.

Héritier de la tradition coloniale ibérique du Saint-Office (de l’Inquisition), le système judiciaire le Brésil permet dans la plupart des cas de condamner l’accusé: le juge d’instruction, qui préside et supervise l’enquête des procureurs et de la police, est aussi le juge de première instance, celui qui juge l’accusé. Au sein de ce système (aujourd’hui rejeté dans la plupart des pays démocratiques, y compris au Portugal) le juge Sergio Moro a condamné l’ancien président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, pour corruption passive et blanchiment d’argent.

La décision du juge est fondée sur la possession supposée d’un appartement triplex dans la ville de Guaruja, au large du littoral de l’État de São Paulo par l’ancien président. Cet appartement serait «le paiement » par son constructeur, la société (BTP) OEA en échange de faveurs, l’obtention de contrats avec des sociétés d’État, y compris la Petrobras.

Cependant sur l’ensemble du processus ne s’est trouvée pas une seule preuve que l’appartement appartient ou a appartenu à l’ancien président ou sa femme (aujourd’hui décédée ), Marisa Silva, ou à tout autre membre de sa famille. Au contraire, la preuve produite par la défense de l’ancien président montre que l’appartement est toujours détenu par la société de construction OEA. On a entendu plus de 70 témoins sur l’affaire, 27 poursuites ont été faites, et aucun n’a montré aucune preuve que l’appartement ait appartenu ou appartenait à l’ancien président.

La décision du juge Sergio Moro est fondée sur une délation primée d’un ancien chef de la société de construction de l’OEA, Léo Pinheiro, et le juge a également cité comme « preuve » un reportage de la Rede Globo, hostile à l’ancien président, qui prétend que l’appartement appartient à l’ex-président. En outre, le processus de recherche a été caractérisé par une série d’irrégularités juridiques.

Parmi eux une détention inutile de l’ancien président par la police fédérale, mise sur écoute illégale de l’ancien président, sa famille et leurs avocats et la divulgation inappropriée de l’audio (enregistrement) où sont présents des reportages par les médias ennemis de l’ancien président, afin de soulever l’opinion publique contre lui.

Dans son verdict, le juge Moro a également reconnu que pour « excès de travail » il n’a pas eu le temps de consulter tous les documents relatifs à ces enregistrements illégaux. Plusieurs juristes brésiliens de renom ont dénoncé le verdict comme juridiquement indéfendable. Le verdict tombe dans la logique d’une « guerre juridique », contre l’ancien président: une persécution juridique, sans tenir compte des droits constitutionnels de l’accusé afin de l’empêcher d’être candidat à l’élection présidentielle en 2018, si la sentence est confirmée en appel. La sentence du juge Moro a fixé la peine de neuf ans de prison, afin d’empêcher l’ancien président d’occuper une fonction publique pendant sept ans.

Cette condamnation fausse et illégale exige que tous les démocrates du monde la dénoncent et demandent qu’elle soit annulée, et demandent son examen par les tribunaux et organismes internationaux, en particulier le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies, à Genève, devant laquelle l’affaire a déjà été soulevée. Le Haut Commissaire des Nations Unies a accepté de l’examiner dans son ordre du jour.

Nous demandons à chacun de s’exprimer en envoyant des messages de rejet de cette décision du juge Sergio Moro aux Nations Unies – Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme en solidarité avec l’ancien président, ainsi que de se manifester à ce sujet dans tous les autres forums auxquels ils peuvent avoir accès.


SOS Lula – Berlin
20 juin 2017

 

 

Adriana Maximino dos Santos

Alexandre Amaral Rodrigues

Ana Paula Leibruder

Ana Spath

Angela de Freitas Senra

Angela Hidding

Christiane Trümper Portella

Denise Fonseca de Carvalho

Didice Godinho Delgado

Dje Macedo

Elizabeth Vasconcellos de Carvalho

Eveline Takim

Flávio Lenz

Flávio Wolf de Aguiar

Fritz Stahl

Fritz Hoffmann

Gabriela Randig

Guacira Zanello de Aguiar

Helga Dressel

Hilvânia Maria de Carvalho

Jasmin Takim

José Batista Neto Batista

 

Joyce Cesar Pires Pires

Laymert Garcia dos Santos

Leila Leite Hernandez

Liliana Bordet

Lígia Chiappini

Marco Aurélio Senra

Marcos Faria

Maria Cristina Fernandes Francisco

Maristela Pimentel Alves

Nilda Alves Bezerra

Paula Ferreira Lima

Paulo de Rezende

Pedro Dolabella Portella

Peter Steiniger

Renata Gouveia Delduque

Robson Tadeu Cesila

Sales Girão da Silva

Simone Pereira Gonçalves

Stella Senra

Thomas Rübens

Viviane Santana

Werner Würtele

Yesko Quiroga

Yves Tourneur

Zinka Ziebel

 

 


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s